Un général de l'Ain méconnu

Publié le par Jérôme Croyet

Louis-François Jeannet est né le 5 novembre 1768 à Arcis-sur-Aube. Soldat au Royal-Infanterie le 10 août 1784. Sous-lieutenant au 4e régiment de dragons le 4 avril 1792. Lieutenant en août. Capitaine dans la Légion des Ardennes le 15 octobre 1792. Blessé d’un coup de sabre à Jemmapes. Chef d’escadron au 16e régiment de chasseurs à cheval. Aide-de-camp du général Dampierre à l’armée du Nord. Combat à Valenciennes le 6 mai 1793. Colonel  le 7 septembre 1793. A l’armée des Alpes, il est envoyé sur Lyon avec Kellermann, dont il est le chef d’état-major. Commandant les gardes nationaux de l’Ain, de l’Isère et du Mont Blanc. A l’armée d’Italie  de 1794 à 1796. A l’armée de Hollande. Envoyé, le 9 vendémiaire an VIII, en Guadeloupe. Général de brigade provisoire le 25 messidor an VIII. De retour en France, il se retire à Bourg de 1802 à 1809. Reprend du service en Hollande puis en Espagne et à l’armée du Midi de 1810 à 1813. Il se signale à Vittoria. Chevalier de la Légion d'honneur le 1er septembre 1813. Il se distingue à Brienne, Montmirail et Arcis-sur-Aube. Il est confirmé général de brigade le 15 mai 1814. Chevalier de Saint-Louis le 13 février 1815. Forme avec le préfet Baude, lors des Cent-Jours, des bataillons de fédérés dans l’Ain. A Paris, il est témoin des adieux de Napoléon. Il décède le 23 juillet 1832 à Bourg.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article