les fours à pain du Bugey

Publié le par Yann Cruiziat

LES FOURS A PAIN DU BUGEY

 

Par Yann Cruiziat,

 

Professeur au Service Educatif des Archives Départementales de l’Ain

 

 

 

Présents dans chaque village et dans presque chaque hameau, les fours à pain, construits en pierre et souvent coiffés de lauzes, constituent un élément majeur du patrimoine bugiste.

Bâtis en pierre du pays, le plus souvent voûtés, ces édifices rectangulaires sont recouverts de lauzes ou de tuiles écaillées. Le fournil abrite des banquettes en pierre ou de simples plateaux de bois utilisés pour le dépôt des panetons. La voûte maçonnée du fournil empêche le contact des braises avec la charpente. La "gueule" du four est obstruée par une porte métallique montée sur une coulisse horizontale.

 

Il existe, en Bugey, deux grands types de fours à pain (si on excepte les rares fours particuliers présents dans les fermes isolées). En Bas Bugey, le fournil, voûté en tuf, n’est pas fermé. De plus, cette façade ouverte est fréquemment surmontée, comme pour les habitations d’ailleurs, d’un escalier de dalles appelé pignon à redents ou à lauzes. Par contre, en Haut-Bugey, sur le plateau d’Hauteville-Brénod, le fournil appelé « chapelle » est fermé, pour isoler le four du froid, donnant ainsi à l’édifice l’apparence d'une maisonnette sans fenêtre.

Ces fours témoignent d’une tradition communautaire remontant au Moyen Age. A cette époque, pour les utiliser, la communauté villageoise était dans l’obligation de payer une taxe appelée « banalités » à son seigneur qui avait construit le four à pain. En 1790, la gestion des fours est revenue aux municipalités. Les fours banaux devinrent communaux.

Les municipalités attachèrent toujours un grand intérêt aux fours. Au XIX° siècle, elles établirent même des règlements pour prévenir des incendies et des contestations. Souvent, des "rixes sérieuses" survenaient entre utilisateurs. Personne ne voulait chauffer le premier pour deux raisons : la trop grande quantité de bois à brûler et la difficulté à réaliser de bonnes premières fournées. Il était alors souvent exigé que chaque four n'aurait que deux ou trois fournées par jour. Tous ceux voulant cuire étaient obligés d'aller s'inscrire la veille, soit sur un panneau de bois placé à l’intérieur du four, soit auprès du dépositaire de la clef du four, qui leur délivrait un numéro. Quant aux incendies, ils étaient fréquents pour les habitations à proximité des fours car les toitures des fermes généralement en chaume ou en bardeaux étaient très inflammables. Les municipalités prirent donc des mesures de sécurité. Le feu ne devait être allumé qu'après le jour et éteint avant la nuit ; la braise et les cendres ne devaient être transportées que de jour dans des vases couverts.

 

Avec le développement des boulangeries et la diminution progressive du nombre d’agriculteurs au XX° siècle, l’utilisation des fours à pain se raréfia et aujourd’hui, ils ne servent plus que pour des fêtes de village organisées par les associations locales qui cuisent le pain mais le plus souvent, les traditionnelles « galettes au sucre » ou des tartes salées….

Publié dans vivre dans l'Ain

Commenter cet article