Comptes de la châtellenie de Rémens

Publié le par Paul Cattin

Compte de Jean de Croso

1er mai 1347 - 14 fevrier 1348

Arch. dép. Côte d'Or, B 9381 bis (1ère partie)

Par Paul Cattin, ancien Directeur des Archives Départementales de l’Ain

Membre de la Société d’Emulation de l’Ain

 Compte de Jean de Croso de Montmélian, châtelain de Rémens, des revenus et des dépenses de cette châtellenie, du 1er mai inclus 1347 au 15 février exclus 1348, c'est à dire pour 41 semaines et 2 jours, reçu à Chambéry, en présence de Guillaume Bon de Chambéry, et de Pierre Bonivard, auditeurs des comptes du Seigneur, par Pierre Moine de Chambéry, clerc du Seigneur.

Froment

Il rend compte qu'il a reçu dans cette châtellenie,  de revenu annuel, vers la fête de saint Michel en 1347, ce qui a été distrait et enlevé de la châtellenie de Saint-Germain et adjoint à la châtellenie de Rémens, en raison de la délimitation du mandement nouvellement donné et concédé par le Seigneur au château de Rémens, par lettre de mandement du Seigneur  produite dans le compte de Saint-Germain, maintenant reçu par Geoffroi Vechon, dans lequel ces revenus et d'autres ci-dessous sont déduits  et parce qu'il a omis  d'apporter les détails des débiteurs, on lui enjoint qu'il  s'enquiert diligemment de détails de ces revenus et qu'il les apportent dans son prochain compte de sorte qu'il puisse les compter en détail ..... 26 quartaux de froment à la mesure de Saint-Germain

Il a reçu du produit des tâches des terres du Seigneur, dans le mandement et les limites du château de Rémens, cette même année 1347, qui furent distraites de la châtellenie de Saint-Germain, comme il est dit ci-dessus à l'occasion du froment et comme on le voit dans les détails des tâches qu'il nous montre, et il leva pour chaque quartelée de terre un bichet du blé qui y croît. Et il compte 5 quartaux de moins qu'habituellement dans le compte de Saint-Germain, en raison de la dissention survenue entre Guichard de Bourg, alors bailli de Saint-Germain,  et les Dauphinois et ceux de Saint-Maurice auxquels il n'a pas permis de semer les terres comme à l'acoûtumé à ce qu'il dit et il compte de ces tâches en froment et en avoine comme à la manière accoutumée  dans le compte de Saint-Germain, y compris d'autres bleds perçus ici ............ 14 quartaux, 1 bichet de froment

Arriéré

Il a perçu de lui-même, du reste de son compte précédent ...................... 24 quartaux de froment Somme ............... 63 quartaux 1 bichet de froment, dont il répondra dans son prochain compte

Avoine

Le même rend compte qu'il a reçu dans la dite châtellenie, à la fête de Saint-Michel de l'année 1347 des revenus annuels qui ont été distraits de la châtellenie de Saint Germain dans les circonstance exposées dans le chapitre du froment, et il en comptera en détail dans le prochain compte ...... ............................. 6 quartaux, 1 bichette d'avoine

Il a reçu du produit des tâches des terres du Seigneur  dans le mandement de Rémens et dont on a coutume de compter dans le compte de Saint-Germain comme dit ci-dessus dans le froment, et il compte moins que d'habitude pour la raison exposée dans le chapitre du froment ............................ ............................12 quartaux, 1 bichette d'avoine

Il a reçu  des hommes de Bublanne et de Priay pour le pâquerage de leurs bêtes qui viennent dans les pâturages aux environ de la Rivière d'Ain du côté de Rémens et il est levé de chaque feu des dits deux villages qui conduit ses bêtes dans les dits pâturages, un bichet d'avoine comme dans le compte de Saint-Germain où on a coutume de compter cette avoine pour cette même année 1347 et comme on le voit dans les détails qu'il montre .......................... 24 quartaux, 1 bichette d'avoine

Somme .......................... 43 quartaux 1 d'avoine

Dont sont déduits ceux qui lui étaient dus du reste de son compte précédent .................................... ................................. 2 quartaux et demi d'avoine

Somme de la déduction 2 quart. et demi d'avoine

Et ainsi il doit ...... 40 quartaux, 3 bichettes d'avooine Il en répond dans son prochain compte

Vin d'arrièré

Le même rend compte qu'il a reçu de lui-même, du reste de son précédent compte ............. 42 setiers et demi de vin à la mesure de Saint-Germain

Somme .... 42 setiers et demi de vin à la mesure de Saint-Germain. Il en répond dans son prochain compte

Cire

Le même rend compte qu'il a reçu dans la dite châtellenie  des gardes, par an, comme dans le compte de Saint-Germain  où on a l'habitude de les compter et qui ont été adjointes à la châtellenie de Rémens comme on l'a dit pour le froment, pour cette même année 1347, à savoir  de Pierre Magnin de Saint-Maurice, une livre, de Jean et Etienne du Champ de Bublanne et de leur frère, une livre et demie, de Pierre Millet une demi-livre et de Pierre Plotat du même lieu une livre de cire ..................... ..................................................... 4 livres de cire

Somme ........................................ 4 livres de cire

Foin

Le même rend compte qu'il a reçu du produit des prés du Seigneur en sols? situés dans le mandement de Rémens comme dans le compte de Saint-Germain où on a l'habitude de les compter, pour la même année 1347 ................. 2 charrées de foin

Somme ................................... 2 charrées de foin

Deniers de cens

Le même rend compte qu'il a reçu dans la dite châtellenie des revenus annuels qui ont été distraits de la châtellenie de Saint-Germain et ajoutés à la châtellenie de Rémens comme il est exposé dans le chapitre du froment, pour la même année 1347, et dans le prochain compte il comptera de ces deniers en détail puisque dans ce présent compte il a omis d'apporter les détails . 12 livres, 5 s. vien. est.

Somme ........................... 12 livres 5 s. vien. est.

Loads et ventes

Le même rend compte qu'il a reçu de Vialet Matod pour le pré acheté d'Etienne Galiot pour le prix de 12 sous gros tournois ................. 2 s. gros tourn.

Somme .......................................  2 s. gros tourn.

Introges

Des introges, il ne compte rien ici pour le temps dont il rend compte à ce qu'il dit

bans de concorde et bans de condamnations

Des bans de concordes et de condamnations, il ne compte rien ici parce que le mandement fut récemment limité et qu'il n'est rien provenu ici jusqu'alors, à ce qu'il dit.

Plaintes et désaisines

Des petites palintes et des désaisines il n'y eut rien pour la même raison que ci-dessus

Rouage et bâtage

Le même rend compte qu'il a reçu du produit du rouage et du bâtage de Rémens qui se lève ici, à savoir pour chaque charrette chargée ou vide : 3 deniers vien. escut., pour chaque bête équine trois oboles et pour chaque autre petite bête : 1 denier viennois comme dans le compte précédent, pour le temps dont il compte, comme on le constate dans les détails que l'on a vus et examinés et qui sont restés en sa possession ................................ .....................11 livres 3 . 10 den. ob. vien. escut.

somme ....... 11 livres 3 . 10 den. ob. vien. escut.

Revenus extérieurs

Le même rend compte qu'il a reçu de Pierre Fournier de Montmélian, péagier de Pont-d'Ain, du produit du péage pour faire les travaux du  château de Rémens et qui doivent être alloués dans le compte du péage ............... 39 s. 9 d. gros tourn.

Somme  .............................. 39 s. 9 d. gros tourn.

Ventes

Le même rend compte qu'il a reçu de 2 charrées de foin à lui vendues comme dessus, chaque charrée à 12 deniers gros tourn. .............. 2 s. gros tourn.

Somme ......................................... 2 s. gros tourn.

Somme de toute la recette de ce compte avec les revenus extérieurs ............................................ .......... 23 livres 9 sous 10 deniers ob. vien. escut.

et ................................. 43 sous 9 den. gros tourn.

Dont :

Travaux du château

Pour la location de 56 journées de chariots pour apporter du  raffour du Seigneur fait sous le château des Allymes et payé dans le compte précédent, la chaux nécessaire pour les murs du château de Rémens ci-dessous, chaque chariot prenant 3 den. gros tourn. Et le même châtelain a juré qu'il a fait fidèlement  ce travail et ceux qui figurent ci-dessous, et qu'il a payé  comme il lui est alloué, et qu'il a fait le plus utilement qu'il a pu pour le Seigneur ............................................ 14 gros tourn.

Pour les gages d'un homme qui a aidé à charger les chariots au raffour et qui a néttoyé la chaux des pierres crues et de la terre qui était tombée de la oule du raffour, passant à ce travail 13 jours, prenant 9 d. v. par jour ...................... 9 s. 9 d. v. esc.

Pour les gages des hommes qui ont extrait du  sable en plusieurs lieux, près du château de Rémens, pour ces travaux ou murs et qui l'ont apporté dans le château,  en 495 journées de travail, chacun prenant 8 den. vien. Et ce sable fut presque tout employé dans les murs à ce qu'il dit ...... .................................................. 16 l. 10 s. v. esc.

Pour les 44 journées de travail des hommes qui ont porté la chaux apportée par les chariots, depuis le lieu où les chariots la déchargèrent à l'extérieur des fossés du château, jusqu'à l'intérieur, car les chariots ne pouvaient pas traverser les fossés en raison du manque de pont, chacun prenant 8 den. vien. ............................... 29 s. 4 d. vien. esc.

Pour les 300 journées de travail tant des hommes que des femmes qui ont porté les pierres extraites, de l'extérieur des fossés dans le château, avec lesquelles furent faites les toises du mur ci-dessous, prenant chacun  6 den. vien. ...... 9 l., 11 s. vien.

Pour les gages des 8 perriers qui ont extrait 36 chariots de gros membres de pierre dans la carrière de Cosel, pour faire les angliers et les fenêtres du château, prenant chacun 2 sous vien. Et pour les 32 journées de travail des tailleurs de pierre qui ont taillé ces angliers et les "angulets" des merlons, et les deux fenêtres faites au dessus de la porte du  château, prenant chacun 1 gros et demi ......................... 16 s. vien. et  3 s. gros tourn.

Pour la location des 18 journées des chariots qui ont apporté ces grosses pierres depuis la perrière jusqu'à Rémens, chacun prenant 3 den. gros rourn. Et il font seulement deux voyages par jour à la perrière à ce qu'il dit ....... 4 s. 6 d. gros tourn.

Murs

Pour la façon de 13 toises et demie de mur de 6 pieds de large, faites pour élever les courtines du château de Rémens, sur les deux pans du côté d'Ambérieu et de Saint-Germain, au mois de septembre et d'octobre 1347, et 6 toises de mur de 2 pieds faites aux pansières et aux merlons sur ces deux pans, aux deux pans du château qui sont presque terminés, faites d'une part  tant des pierres extraites par lui que de celles extraites par le Seigneur, qui étaient là en réserve et dont il est fait mention dans le premier compte des travaux du château qui ont  été estimées à 12 toises de mur mais avec lesquelles on a fait 4 toises et demi de mur, qui furent payées dans le compte précédent et dont tout le reste se trouve maintenant employé dans les murs susdits, faites aussi d'autre part avec la chaux et le sable susdits par les mains de Peronod de Saint-Rambert et d'Aimon dit Nanz d'Evosges, tailleurs de pierre, à la tâche, à la manière du compte précédent, chaque toise de mur de 6 pieds pour 2 sous 6 deniers gros tournois, comme on le voit par l'acte public testimonial des dits tailleurs de pierre, fait par Jean Donguix, notaire, le samedi de la vigile de la fête de Simon et Jude, l'an 1347, qu'il rend ........................... ........................................... 47 s. 1 d. gros tourn.

Il a payé pour le charroi de 11 toises et demie de pierres extraites, de la grosseur de 6 pieds (à la toise et au pied du Seigneur Comte) employées dans les murs du château, désignées et payées ci-dessus, outre les pierres extraites par le Seigneur qui se trouvaient là comme il en est fait mention ci-dessus, qui sont estimées et comptées pour 7 toises et demi de mur de la grosseur susdite. Et le reste des murs payés ci-dessus, à savoir les 11 toises et demie (en comptant 3 toises de murs de 2 pieds pour une toise de mur de 6 pieds), elles furent faites avec les pierres extraites par le dit Jean qui les a fait charrier de la perrière de Cosel et apporter à la tâche. Et il a donné pour chaque toise de pierre à charrier et à apporter à Rémens, comme ci-dessus, 4 sous gros tourn. ainsi qu'il fut donné au début des travaux du château par  le seigneur Pierre de La Balme alors bailli de Saint-Germain ...................................................... 46 gros tourn.

Pour les gages de 4 charpentiers et de 2 hommes avec eux, qui ont enlevé la grande eschiffe couverte qui était sur la porte du château de manière à pouvoir  surélever et bâtir le mur au dessus de la dite porte. Et avec une partie des matériaux de la dite eschiffe, il fit une étable dans le château, appuyée au grand chaffal du château, et le surplus reste ici pour les besoins du château, chaque charpentier prenant 1 gros et chaque homme 1 demi gros tourn. ............................... 5 den. gros tourn.

Pour les gages des deux charpentiers qui ont recouvert les toits du grand chaffal, de la cuisine et de la chambre près du chaffal, qui avaient été découverts pour élever les murs et les pans faits au dessus, ce qui avait brisé des tuiles en plusieurs endroits, et  qui ont repassé les tuiles .................... ............................................... 3 den. gros tourn.

Perrière de Tosel

Pour la decouverte de la perrière nouvelle de Tosel, vers Douvres, trouvée par Jean lui-même pour les travaux du château. Pour les gages de Jean Losier, perrier, prenant 18 den. vien. par jour, de Guillemet Amédée, perrier, prenant 16 den. vien. et de Vincent de Saint-Maurice, prenant 14 den. par jour, qui ont travaillé avec les manœuvres ci-dessous pour découvrir la dite perrière de sa terre, pendant 11 jours qui finirent le 23 du mois de février  1347. (en marge : ) et ils ont extrait dans cette perrière des pierres pour faire 15 toises de mur de la grosseur de 6 pieds, à ce qu'il dit.

Et pour les gages de 134 journées d'hommes et de 57 journées de femmes pour travailler à cela, avec les  dits perriers et pour porter la terre hors de la dite perrière, chaque homme prenant 7 den. et chaque femme 4 den. vien. ...... 7 livres, 13 s. vien.

Pour le louage des 26 hommes qui  ont coupé le bois et fait un chemin convenable pour les chariots et les chars pour venir dans la perrière, et pour aplanir le chemin de rameaux et de terre, car sinon les chariots ne pouvaient venir à la perrière, chacun prenant 7 deniers, et pour le louage des 8 hommes qui ont scié le bois et qui l'ont apporté et qui en ont fait un pont sur l'eau du Nantet, pour le charroi, chacun prenant comme ci-dessus ................................................. 19 s., 10 d. vien.

Il a payé au nommé Brulant, forgeron, pour la réparation de 2 maillets et de 2 presses de fer du Seigneur qu'il garde par devers lui, et pour aiguiser les marteaux des dits perriers, et pour la réparation de 4 coins de fer nécessaires dans la dite perrière, y compris le fer et l'acier qu'on y a mis ... 11 s. vien.

Travaux du raffour

Pour la façon d'un raffour de 20 pieds de grosseur, fait par Jean lui-même, à Vibetes, pour les travaux du château, en partie avec les bois qui restaient du raffour fait et payé dans le compte précédent. Et il le fit faire parce que l'autre raffour  avait été un peu mal cuit et parce que des bois étaient restés là. Il fut fait par les mains de Jeannin et Pierre Goyet, à la tâche, pour 20 sous gros tourn., y compris l'amende qu'ils devaient au Seigneur pour l'autre raffour mal cuit, comme on le voit par une lettre publique du témoignage des dits raffournier, et du reçu de la somme,  datée du 23 du mois d'avril 1347, qu'il rend, y compris  aussi 2 sous et 2 deniers gros tourn. donnés à chacun des raffourniers et des manoeuvres qui ont travaillé avec eux, pour leur vin, lors de la façon et de la cuisson du dit raffour, en diverses fois, de grâce spéciale, inclus aussi 100 sous vien. donnés au dénommé Reverdi et à 2 de ses compagnons pour lier 10 milliers de fagots de bois dans la forêt et les amener près du raffour, pour le cuire, car en raison de la cherté du temps, il ne put avoir aucun homme de corvée.

Pour le louage de 42 journées de travail des hommes qui ont coupé dans le bois du Seigneur, les bois pour cuire le raffour, à neuf deniers chacune

Pour le louage de  28 journées de chariots pour apporter le gros bois de la forêt au raffour, à 4 den. vien. chacune.

Pour l'achat de  40 charges de vennes et de petits pieux achetés pour  les palissades du raffour et les claies necessaires  pour les ponts, chaque charge à 4 den. vien.

Pour le louage de 35 hommes de Saint-Germain qui ont coupé dans le bois du Seigneur les appuis nécessaires pour appuyer le dit raffour et qui les ont aplanis, chacun prenant 9 den. vien.

Pour le louage des 2 hommes qu'il a tenus de jour et de nuit avec les maîtres raffourniers pour cuire le raffour, pendant 9 jour, pour aider et garder en cas de besoin, avec la meilleure diligence, chacun prenant par jour et par nuit 12 den. vien.

Pour celui des 2 hommes qui  ont gardé le raffour après sa cuisson, pendant 4 jours, afin que le feu ne penêtre pas dans la clôture du raffour, prenant chacun par jour et par nuit 12 den. vien., y compris 18 sous vien. donnés aux 2 hommes qui ont curé et mondé le raffour, après sa cuisson,  et enlevé la terre et les pierres crues de sur la chaux, à la tâche, pour tant, y compris aussi soixante sous viennois donnés au nommé Christin, charpentier, et à son fils, pour la façon de l'édifice fait au dessus du raffour, pour le couvrir de paille, à la tâche, pour tant, y compris aussi les pailles achetées pour cela, comme on le voit dans les détails vus et examinés et qui restent en sa possession. Le raffour fut cuit au mois de juillet 1347, et il est là entierement prêt pour les travaux du Seigneur, et dans un autre ancien raffour, il y a encore une grande quantité de chaux, à ce qu'il dit................ 19 l. 7 s. 1 den. vien.

et ..................................... 22 s. 2 den. gros tourn.

Il a payé, pour les dépenses de lui Jean, faites pendant 8 jours qui ont fini le 18 août 1347, lorsqu'il fut et resta à Saint-Trivier en Bresse, avec le seigneur Amédée de Félin, bailli de Saint-Germain, envoyé par le Conseil du Seigneur, pour visiter et donner des ordres pour  la réparation et l'édification du château de Saint-Trivier qui menaçait ruine, y compris le séjour et le retour, ainsi qu'on le voit par l'ordre écrit du Conseil donné le 7 août , dont il remet une copie.................. 2 s. gros tourn.

Il a payé pour les dépenses qu'il a faites à Naples, vers le Seigneur, mandé par lui, où il lui porta des informations et des documents touchant les délimitations du Comté et du Dauphiné, comme on le voit par le mandement écrit du Seigneur, donné le 9 août par deux mandements écrits du Conseil à ce sujet, qu'il remet, et pour revenir de là, à quoi  il vaqua pendant 12 jours, y compris les trois jours qu'il passa lors de son retour, à Chambéry, pour certaines affaires que lui avaient commandées le Seigneur et son tuteur , avec ses lettres de créance pour faire le récit au Conseil .......... 3s. 9 gr. tourn.

Il a payé pour les dépenses de Jean de Satigny alors procureur du Seigneur dans le Bugey,  faites à Saint-Germain et Ambronay, où il fut envoyé par le Seigneur pour remplir certaines indemnités qui devaient être données aux Dauphinois par ceux de Rémens et d'Ordonnaz,  sur l'ordre des conservateurs de la paix, par mandement écrit du Seigneur, donné à Chambéry le 17 juin 1347, dont il rend compte et comme ont le voit par le reçu du procureur, qu'il remet .................. II s. gros tourn.

 

Pour un parchemin? acheté pour recevoir le compte ................................... 6 den. gros tourn.

 

Salaire

Il s'est payé à lui même, en prenant 4 livres gros tourn. de salaire par an, pour lui, 3 clients et deux guètes qu'il doit tenir en garnison avec lui au châtreau de Rémens, par convention et ordre du Seigneur et ses tuteurs, comme on le voit par une lettre du Seigneur de concession du dit office et l'ordonnance du salaire, donnée à Saint-Genis le 19 mars 1346, qu'il montre et garde par devers lui et parce que ce salaire, au temps du compte précédent, devait lui être satisfait par Jean Cartelier, autrefois péagier de Saint-Germain comme il est fait mention dans son compte, il ne lui fut rien alloué du dit salaire dans son compte précédent mais il lui est alloué ici sur l'ordre de Guillaume Bon et de Pierre Bonivard au prorata de la durée, depuis le 24 juin 1346, jour de la Nativité de Saint-Jean-Baptiste, jour où il fut nommé châtelain ici sous le salaire sus dit comme on le voit dans la lettre du Seigneur susdit, jusqu'au  17 février 1348 exclus, à savoir pour une année entière et 34 semaines ...... ......................6 livres 12 s. 3 den. ob. gros tourn.

Commenter cet article